Ce que nous faisons

Mieux-être des juristes

Dans tout le Canada, la question du mieux-être des professionnels du droit préoccupe de plus en plus. En 2019, dans le cadre de sa conférence annuelle, la Fédération s’est penchée sur le sujet. Les commentaires reçus à la suite de la conférence et les résultats d’une étude sur le bien-être réalisée auprès des juristes du Québec ont confirmé qu’il était nécessaire de mener une étude d’envergure nationale sur la question. L’étude québécoise était la première du genre au pays.

La conférence et l’étude ont révélé que les juristes sont plus sujets au stress, à l’anxiété, à la dépression et plus susceptibles de faire l’usage d’alcool ou d’autres drogues que les membres des autres professions libérales. Le manque de données sur la santé mentale des juristes dans l’ensemble du Canada représentait, sur le plan des connaissances, une grave lacune qu’il fallait combler pour pouvoir proposer des initiatives éclairées en matière de santé mentale et de mieux-être.

C’est pourquoi la Fédération, en collaboration avec les ordres professionnels de juristes du Canada et l’Association du Barreau canadien, s’est associée à l’Université de Sherbrooke pour mener la première étude exhaustive d’envergure nationale sur le mieux-être des juristes au Canada. Au cours de la phase I de l’étude, des données ont été recueillies afin de déterminer l’ampleur du problème, d’exposer les différences entre régions et d’examiner les causes de la consommation d’alcool et d’autres drogues et des problèmes de santé au sein de la profession. À la faveur de cette étude, nous pourrons mieux agir pour favoriser le mieux-être des professionnels du droit. 

Le rapport de la phase I peut désormais être consulté, de même qu’une foire aux questions au sujet de l’étude.
Une vidéo de la présentation des résultats de l’étude par Dre Cadieux durant la conférence de la Fédération se trouve ici.