Engagement de la Fédération envers la réconciliation

En reconnaissance de sa responsabilité, à titre d’intervenante du milieu de la justice, de favoriser la réconciliation avec les peuples autochtones, la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada a approuvé une déclaration officielle d’engagement envers la réconciliation.

Approuvée à l’unanimité par le Conseil de la Fédération le 7 décembre 2020, la déclaration est un élément essentiel qui s’inscrit dans le cadre de la réponse de la Fédération aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR). Elle reconnaît le rôle important que tous les intervenants du système juridique assument pour encourager la vérité et la réconciliation avec les peuples autochtones au Canada et souligne les mesures que prendra la Fédération pour respecter son engagement, dont plusieurs sont déjà en cours.

La déclaration d’engagement a été élaborée en consultation avec les membres du Comité consultatif de la Fédération sur les appels à l’action de la CVR (le « Comité consultatif ») et des experts en droit autochtone.

Une mesure essentielle de la déclaration est l’adoption de principes de base élaborés par le Comité consultatif de la Fédération sur les appels à l’action de la CVR (le « Comité consultatif ») pour s’assurer que les points de vue autochtones contribuent au cheminement de la Fédération vers la réconciliation et sont pris en considération dans tous les aspects de notre travail.

Ces principes ont été approuvés par le Conseil de la Fédération en juin 2020, avec neuf recommandations du Comité consultatif pour guider la Fédération dans sa réponse à la CVR. Le rapport complet du Comité consultatif est publié sur le site Web de la Fédération.

La déclaration d’engagement constitue un petit pas, mais un pas important, que la Fédération franchit pour encourager la vérité et la réconciliation. La Fédération examine maintenant divers moyens de démontrer cet engagement dans le cadre de ses initiatives nationales et de ses relations avec les ordres professionnels de juristes, les facultés de droit et les organismes autochtones au pays.