Le Conseil de la Fédération approuve un nouveau profil national des compétences

(posté le 21 octobre 2012)

Le Conseil de la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada a adopté un nouveau profil national des compétences en tant que norme pour l’admission à la profession juridique. Le vote a eu lieu durant la réunion ordinaire du Conseil au mois de septembre 2012.

« Cette étape importante à la fin de laquelle le Profil national des compétences a été approuvé est le résultat de deux années de travail sérieux et minutieux », affirme John J.L. Hunter, c.r., président de la Fédération. « Le profil des compétences a maintenant été soumis officiellement aux ordres professionnels de juristes afin d’obtenir leur approbation, sous réserve de l’élaboration d’un plan de mise en œuvre approprié. »

Dans le but de s’assurer que le Profil national des compétences reflète bien les connaissances, les aptitudes et les capacités exigées des nouveaux membres de la profession afin qu’ils puissent exercer le droit de façon compétente, la Fédération a mené un sondage à grande échelle auprès des membres de la profession pour mettre au point les compétences proposées. Le sondage a servi à vérifier la pertinence et la fréquence d’utilisation des compétences proposées.

Cette initiative en matière d’admissions a commencé en 2009 lorsque le Conseil de la Fédération a approuvé un projet visant à élaborer des normes nationales pour l’admission à la profession juridique. L’initiative fut prise surtout en raison de l’existence de la mobilité et du fait que cette mobilité de la profession justifiait la mise en application des mêmes normes d’admission dans toutes les provinces et tous les territoires.

« Pour nous assurer de respecter notre mandat de réglementation dans l’intérêt du public, nous devons avoir la certitude que tous les juristes exerçant dans une province ou un territoire canadien ont satisfait aux mêmes normes de compétence, peu importe où ils ont initialement été habilités à exercer le droit ».

Lors de leur réunion au mois de septembre, les membres du Conseil de la Fédération ont également approuvé un plan pour la prochaine phase de cette grande initiative nationale. Ce plan inclut une analyse des options de mise en œuvre et la suite de l’élaboration d’une norme nationale de « bonne moralité ».

Un groupe de conseillers en matière de politiques et de reconnaissance des titres et diplômes prépare maintenant un cadre pour une norme nationale d’aptitude et de qualités requises pour l’exercice de la profession qui abordera l’exigence de bonne moralité et les questions qui se rapportent à l’aptitude physique et mentale. Un projet de cadre pour la norme faisait partie du rapport de la phase I.

« Pour la phase II, nous prévoyons terminer avec une feuille de route détaillée du processus de mise en œuvre, un plan pour gérer la transition vers les normes nationales et une liste des ressources qui seront nécessaires pour gérer le processus de mise en œuvre », explique M. Hunter.