La Fédération préoccupée par les insinuations du gouvernement selon lesquelles la juge en chef du Canada aurait agi de façon inappropriée

La Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada se déclare profondément préoccupée par les insinuations du gouvernement selon lesquelles la juge en chef du Canada
Beverley McLachlin aurait agi de façon inappropriée en voulant porter à l’attention du premier ministre et du ministre de la Justice des questions concernant l’admissibilité de candidats ou
candidates possibles à la Cour suprême du Canada.

La présidente de la Fédération, Marie-Claude Bélanger-Richard, c.r., affirme que « la juge en chef du Canada est plus qu’un membre de la magistrature. Elle est à la tête du pouvoir
judiciaire du gouvernement du Canada et, à ce titre, agit de façon tout à fait légitime en consultant l’exécutif lorsque des questions relatives à l’administration judiciaire sont soulevées
et demandent l’attention du gouvernement. De telles communications au cours de l’étape de consultation du processus de sélection des juges de la Cour suprême sont normales et
appropriées dans le cadre de notre institution démocratique. »

« Toute insinuation que la chef de la magistrature ait agi de façon inappropriée, lorsque les faits indiquent le contraire, risque de nuire à la confiance du public envers nos institutions
démocratiques. Le système juridique canadien fait l’envie du monde entier. Il est essentiel que nos institutions judiciaires continuent d’être respectées, au Canada et à l’étranger. »

Communiqué aux médias